Michel Liénard, sculpteur-ornemaniste

Si j’espère pouvoir régulièrement publier ici des textes sur les figures croisées au cours de mon  travail et plus ou moins méconnues, il est évident que je me devais de commencer par celle-ci. Même en mettant de côté la subjectivité qui relie la chercheuse à son sujet depuis longtemps pratiqué, cette figure me semble réellement injustement méconnue vu son importance dans le petit monde des arts décoratifs du XIXe siècle – dans lequel, j’aurai l’occasion d’y revenir, une partie de nos représentations mentales se sont échafaudées.

Michel Liénard naît le 17 septembre 1810, à La Bouille, près de Rouen, et s’éteint à Bruxelles, le 29 décembre 1870. Au cours d’une carrière qui s’étend de la fin des années 1830 à la fin des années 1860, il pratique presque tous les domaines de ce que l’on appelle aujourd’hui les arts décoratifs : le décor architectural dans les déclinaisons qu’il connaît à l’époque – public, historique, privé –, l’ornement urbain encouragé par les grands travaux parisiens et le développement de la fonte, l’orfèvrerie, le meuble, les objets d’apparat comme les armes de luxe, la reliure sculptée, les éventails1 . Ses pratiques propres sont celles du dessin et de la sculpture sur bois. En tant que sculpteur, il réalise plusieurs objets aujourd’hui conservés dans des musées2, mais il aurait également exercé, voire été chef d’atelier, dans des maisons d’ébénisterie (Grohé, Jeanselme) ou de reliure (Gruel). Pour les autres matériaux qui portent sa trace, notamment les métaux, Liénard donne vraisemblablement plutôt des dessins à réaliser par d’autres ; il a une réputation de grande créativité et productivité en ce domaine et il est certain que le fonds aujourd’hui conservé au musée des Arts décoratifs ne représente qu’une partie seulement de son activité, qu’il publie également sous formes de recueils d’ornements.

Portrait d'un homme des années 1830-1840, aux épaules, avec une cravate
[Michel Liénard ?], Portrait du dessinateur Michel Liénard, dessin au crayon graphite et au lavis, sur papier blanc, Paris, musée des Arts décoratifs, département des Arts graphiques, CD 41413 . Photo S. Derrot

Au contraire d’un certain nombre de ses confrères, Liénard ne vient pas du milieu de l’artisanat parisien : après avoir appartenu à l’armée napoléonienne, son père finit sa carrière comme employé d’administration en Normandie et sa mère est sans profession. Ni l’un ni l’autre ne peuvent – ni ne savent, probablement – l’orienter dans la carrière du dessin vers laquelle ses prédispositions semblent le diriger. Ils choisissent néanmoins de l’inscrire à l’École royale gratuite de dessin en 1820, lorsqu’il a 9 ans3. Cette école, qui s’adresse plus particulièrement au petit artisanat parisien, a le grand avantage d’être sans frais4 et de reposer sur des valeurs sans doute propres à plaire au père de Liénard : les principales qualités attendues des élèves sont des habitudes d’ordre et de discipline, le goût du travail bien fait, l’obéissance aux lois, l’amour du souverain5. L’École vise la formation d’une main-d’œuvre artisanale qualifiée capable de fournir des produits de qualité, tant au niveau de l’exécution matérielle que sur le plan esthétique. L’enseignement et l’esprit qui y règnent mettent en avant les « ouvriers-artistes », potentiels gloires nationales, placés dans le sillage des incontournables Bernard Palissy ou Benvenuto Cellini. Il s’agit d’inciter les élèves à s’engager dans les professions artisanales et industrielles, et d’éviter de les pousser vers les beaux-arts, car « il vaut mieux être habile ouvrier qu’artiste obscur6 ». Passent par cette école plusieurs personnalités dont Liénard croisera la route par la suite, comme Victor Paillard ou Gabriel Davioud.

Appliquant ces préceptes et après un apprentissage puis un début de carrière chez Jean-Baptiste Plantar7, Liénard s’associe avec le sculpteur Émile Knecht et commence une activité qui s’étend rapidement dans de multiples directions. Il travaille d’une part avec des fabricants, sous des modalités qu’il est encore difficile de définir exactement, les archives de ces maisons ayant a priori disparu. Il occupe une place prépondérante chez certains d’entre eux : c’est le cas chez l’orfèvre François-Désiré Froment-Meurice8, chez les maisons d’ébénisterie des frères Grohé puis de Jeanselme, ou Ringuet-Leprince. Pour d’autres, Liénard est un collaborateur occasionnel, parfois régulier (la maison de reliure Gruel, l’armurier Gauvain), parfois exceptionnel, surtout quand il s’agit pour les fabricants en question de se donner une chance de briller lors d’une Exposition universelle. Cette activité de collaboration à plusieurs niveaux pose une question qui devient récurrente au cours du siècle, qui est celle du statut du créateur qu’est le sculpteur-ornemaniste, et qui évolue assez nettement entre les années 1820-1830 et la fin du XIXe siècle.

Cette pratique de dessinateur de modèle, Liénard, comme d’autres, la continue par des publications. Le XIXe siècle est le moment où les recueils de modèles gravés explosent, encore davantage que lors des siècles précédents. J’ai écrit deux petits textes9 sur le principal recueil de gravures que publie Liénard en 1866, les Spécimens de la décoration et de l’ornementation au XIXe siècle, mais je reviendrai sans doute sur cette production de gravures car il me semble qu’elle participe très largement à son influence et à sa reconnaissance en tant que créateur — et non seulement praticien. Il est intéressant d’observer qu’une large quantité de ces planches n’est pas consacrée à des objets, reprenant des modèles qu’il peut donner aux fabricants susmentionnés par exemple, mais plutôt à de l’ornement détaché d’une utilisation concrète évidente, ou bien à au décor de l’architecture.

Car la relation de l’ornement à l’architecture ponctue le parcours de Liénard. Là aussi, on constate plusieurs degrés d’implication dans les chantiers auxquels il participe. Il faut noter à nouveau que les témoignages permettant de comprendre finement le fonctionnement de ces chantiers du point de vue de la décoration sont très rares ; les architectes dont il est question sont par ailleurs loin d’avoir tous faits l’objet de recherches approfondies10. C’est chez Plantar que le jeune ornemaniste apprivoise l’architecture, dans ces chantiers royaux auxquels il assiste puis qu’il dirige : le Palais-Royal, Fontainebleau, Amboise, Versailles. De là deux types de chantiers d’architecture dans la carrière de Liénard : d’une part les bâtiments avec un vécu historique auquel il lui est demandé de s’adapter — le château de Blois pour commencer, vers 1845, sous la direction de Félix Duban, et à l’autre extrême celui de Mouchy11 avec Henri Destailleur, dans les années 1860. D’autre part, il fait intervenir sa créativité dans des constructions neuves, dont les plus importantes sont liées à la commande publique, comme la décoration intérieure du palais du quai d’Orsay, ou à l’aménagement urbain, comme le passage Jouffroy. Dans ce dernier cas, Liénard ne se limite d’ailleurs pas à des productions architecturées et prend sa place à plusieurs reprises dans les embellissements haussmanniens de Paris, sous la direction de Gabriel Davioud. Cette présence dans l’espace public s’étend à la fonte, et en particulier aux fonderies du Val d’Osne, auxquelles il donne des modèles de plaques de porte, de ferronnerie de balcon, de fontaines, de petite taille ou monumentales, qui font l’ornement des Expositions universelles d’alors et des centres-villes d’aujourd’hui.

Il est tentant de faire une catégorie à part des productions de Liénard pour la sphère religieuse. Cependant, elles rejoignent facilement celles qui viennent d’être abordées, les techniques n’étant pas fondamentalement différentes : l’ornement architectural de la chapelle royale de Dreux, l’orfèvrerie religieuse de Froment-Meurice, la sculpture sur bois de l’église Saint-Clotilde à Paris, sont quelques exemples. Les acteurs même se retrouvent parfois indifféremment entre les sphères laïque et religieuse, comme Cavaillé-Coll.

Le parcours de Liénard sera bien le fil rouge de ce carnet et la multiplité de ses activités permet d’aborder les arts décoratifs, autrement dénommés à l’époque « arts industriels » ou « Beaux-arts appliqués à l’industrie », sous une variété d’angles d’études que j’espère non lassante. Cependant, même si cette carrière paraît facile à exposer par sujets individualisés, elle a une vraie cohérence que certaines approches transversales permetteront de saisir.


Image de tête : Cul de lampe, réalisme, planche final des Spécimens de la décoration et de l’ornementation au XIXe siècle, Paris, Ch. Claesen, 1872. Avec un portrait de Michel Liénard. Source : Gallica.

  1. Manquent notoirement à cette énumération les arts céramiques et les arts textiles. Liénard publie néanmoins des gravures se rattachant à ces domaines mais je n’en ai pas encore trouvé de réalisations. []
  2. Les objets dont il s’agit sont majoritairement conservés au musée des Arts décoratifs et, au vu de leur provenance et de leurs caractéristiques, ils avaient vraisemblablement une destination privée, voire familiale. []
  3. Arch. nat., AJ53* 39. []
  4. La famille ne bénéficie pas d’une grande aisance financière, si l’on se réfère aux informations relatives à la situation à la mort du père, en 1823. Liénard a une sœur aînée, qui se marie très vite, en 1824. []
  5. Voir le chapitre de Renaud d’Enfer, « De l’École royale gratuite de dessin à l’École nationale des arts décoratifs (1806-1877) », dans Histoire de l’école nationale supérieure des arts décoratifs (1766-1941), Paris, École nationale supérieure des arts décoratifs, 2004, 226 p. []
  6. Arch. nat., CAC 950 147/6, Distribution des prix, 1861, p. 7. []
  7. Jean-Baptiste Louis Plantar (1790–1879), dernier sculpteur des Bâtiments du Roi, fait en ce moment l’objet d’un travail de thèse par Justine Gain, à l’EPHE. []
  8. Froment-Meurice meurt en 1855, à la veille de l’Exposition universelle de Paris. J’aurai l’occasion de revenir sur cette collaboration importante. En revanche, il ne semble pas que Liénard collabore aussi densément avec Émile Froment-Meurice, le fils qui reprend l’atelier. []
  9. « Michel Liénard et l’ornement au XIXe siècle », sur le blog de Gallica, 3 avril 2015 ; et « Recueil de calques autour des Spécimens de la décoration et de l’ornementation au XIXe siècle de Michel Liénard », dans l’agenda de l’INHA, janvier-mars 2020, p. 63. []
  10. Il n’y a à vrai dire que Félix Duban pour lequel ce soit vraiment le cas, avec la thèse de Jacques Pons puis l’exposition au château de Blois en 1996. []
  11. Voir mon article « La renaissance du château de Mouchy (1855-1866) », dans Livraisons d’histoire de l’architecture, 2015, 29, p. 115-123 ou disponible en ligne. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.