La chapelle royale de Dreux

Vue générale de la chapelle de Dreux, sur sa façade principale
Chapelle royale de Dreux, façade principale, Agence Rol, février 1824. Source : Gallica.

Janvier 1839, la princesse Marie d’Orléans, fille de Louis-Philippe, vient de mourir. Le roi des Français souhaite que la sépulture de sa dynastie soit la chapelle funéraire familiale, à Dreux, plutôt que la basilique Saint-Denis1. Hélas, en cette triste occasion, preuve est faite des limites du lieu pour endosser ce rôle. Des travaux sont donc entrepris dès le printemps suivant et confortés par un second drame dans la famille royale, le décès du duc d’Orléans, Ferdinand-Philippe, en 1842. Mêlant structure et décoration, le chantier qui transforme l’édifice est le premier d’ampleur auquel participent Michel Liénard, nouvellement établi à son compte depuis 1838, et son associé, Émile Knecht.

Modifier sans détruire

La chapelle initiale avait été commandée en 1814 par la duchesse d’Orléans, la mère de Louis-Philippe, à l’architecte Claude-Philippe Cramail, sur les ruines du château de Dreux2. Celle-ci y avait été enterrée elle-même à son décès, en 1821, un an avant la fin des travaux. À l’époque, la chapelle présentait des dimensions réduites et un style néo-classique, bien différent de celui d’aujourd’hui. Son plan en croix grecque et son péristyle à quatre colonnes doriques font alors penser à la chapelle expiatoire de Percier et Fontaine, mais ses proportions extérieures sont maladroites, avec une prédominance excessive de la coupole, ce qui fait dire à Marie-Amélie en 1822 : « De l’extérieur, je la trouve disproportionnée et lourde. L’intérieur est beau et simple. »

Avec les travaux qui commencent en 1839, Louis-Philippe n’envisage pas pourtant de détruire pour reconstruire, par respect pour le souvenir de sa mère : il s’agit d’entourer la chapelle d’un décor ogival qui permettra d’agrandir l’édifice par l’extérieur et de camoufler en grande partie le néo-classicisme original, qui tend à passer de mode. Le souverain, dit-on, trace les grandes lignes du plan et la disposition des adjonctions, aidé par sa fille, la princesse Marie. Les travaux sont menés par un ancien élève de Percier et Fontaine, Pierre Lefranc. Le plan est modifié pour passer d’une croix grecque à une croix latine assez peu prononcée, avec deux transepts et deux chapelles latérales. Un déambulatoire semi-circulaire, éclairé de grandes fenêtres, est établi en contrebas du chevet pour y placer les tombeaux, avec une nouvelle chapelle axiale dédiée à la Vierge. Quelques modifications extérieures permettent d’adapter les proportions du bâtiment, par une balustrade autour de la coupole et une nouvelle façade gothique très décorée avec une porte sculptée dans le même goût.

Un chantier de sculpture

Si les vitraux de Sèvres, installés à la toute fin du chantier, marquent aujourd’hui les références bibliographiques, la sculpture est le véritable morceau de lion de ces transformations. Nombreux sont les sculpteurs mobilisés et, même s’il manque une grande partie des mémoires de travaux qui permettraient de distribuer facilement le rôle de chacun, on peut le déduire par élimination, à partir de la littérature sur la nouvelle chapelle et des quelques archives existantes. Michel Liénard et Émile Knecht auraient ainsi donné « tous les détails décoratifs non signés par d’autres artistes.3 » Ces derniers sont les prix de Rome Charles-François Nanteuil, Charles Émile Seurre, Louis Léopold Chambard et Jean-Marie Bonnassieux. Selon une distribution classique, les sculpteurs « Beaux-arts » donnent les figures en ronde-bosse et les bas- et moyen-reliefs importants, alors que l’atelier de Liénard et Knecht s’occupe de tout le reste de la sculpture (sculpture que l’on dira décorative, bas-reliefs moins importants). Par ailleurs, des mémoires subsistent et quelques sources graphiques4 permettent de conforter certaines hypothèses. En outre, une figure, celle de l’Ange de la résignation, qui surplombe le gisant de Marie d’Orléans, est sans doute la dernière œuvre de la princesse, dont Liénard et Knecht donnent trois copies5.

Le chantier ornemental est d’importance puisqu’il faut adapter et camoufler les extensions architecturales, tout en dosant l’impact décoratif dans les parties au contact de la chapelle primitive, dont le décor plus dépouillé subsiste dans le chœur et la nef. Ainsi, sur les voûtes de la nef et du transept, les figures des quatre médaillons6 et les bas-reliefs représentant des trophées de musique ou liés à la religion7, placés en écoinçons, sont d’un style sobre, classique, bien différent des ornements du déambulatoire. Si les voûtes des niches latérales du transept sont ornées de plafonds à caissons, les motifs qui les habitent suivent un style classique de la Restauration, de même pour les frises qui courent le long de la tribune de l’orgue, par exemple.

Voûte du plafond devant la tribune de l'orge, avec un bas-relief rond au milieu et un plafond à caissons et rosaces
Voûte de la nef, au-dessus de la tribune de l’orgue Cavaillé-Coll. Tous les motifs de cette voûte sont de l’atelier Liénard (médaillon représentant saint Louis, trophées musicaux, frises, plafond à rosaces). Photo S. Derrot

A contrario, le déambulatoire voit s’affirmer un vocabulaire gothique bien plus prononcé, avec une succession d’arcs brisés surmontés d’une frise de dentelle à motif trilobé animée de petites figures religieuses, des colonnettes à chapiteaux d’acanthe, de petites frises de vigne ou de lierre, des clés de voûte pendantes et des niches architecturées. Les arcs brisés forment des écoinçons sur tout le pourtour du déambulatoire, qui sont le support idéal à une narration imagée du lieu : regroupés par trois sur l’intérieur de la galerie et par cinq sur l’extérieur, Liénard illustre dans ces espaces à la fois le thème funèbre et le thème religieux, parfois mêlés, mettant en scène la chapelle comme sépulture et comme lieu de culte. Se trouvent ainsi représentés des symboles funéraires, comme le sablier ailé, l’urne, des vanités ; ces symboles sont parfois plus particulièrement chrétiens : les images du Jugement dernier ou de la pesée des âmes, les instruments de la Passion, du Christ ou des saints. Mais certains écoinçons présentent aussi des figures religieuses, mais sans la notion de mort : l’Annonciation (séparée en deux écoinçons, l’un figurant l’ange et l’autre la Vierge  ̶  nous retrouverons ce motif dans la chapelle axiale), des trophées comportant des attributs ecclésiastiques (tiare papale, croix, crosse), la création du monde et le déluge, des poissons faisant référence au miracle du Christ, les figures symboliques des quatre évangélistes, un ostensoir. Montrant la créativité du sculpteur dans une forme en triangle arrondi assez difficile à exploiter, l’inventivité de ces écoinçons sera mise en valeur dans le recueil de gravures publié après la mort de Liénard par son fils, son gendre et son éditeur, le Portefeuille de Liénard (1872). Ces scènes, si certaines d’entre elles ont été gravées, ne sont pas pensées en deux dimensions, mais avec une notion de relief bien présente, ce qui les rend particulièrement frappantes.

Un des trnçons du déambulatoire, avec 4 arcs brisés au-dessus d'un ange en pleurs
Portion du déambulatoire, avec vue sur le décor du choeur. Les écoinçons représentent ici des symboles funèbres avec la Mort au centre, un sablier ailé et une faux, une urne funéraire, une colonne brisée ; seul l’écoinçon de droite présente des symboles chrétiens (croix, ancre, blé). Photo S. Derrot

L’atelier Liénard intervient aussi largement dans la nouvelle chapelle axiale, dédiée à la Vierge, et où se trouvent notamment les tombeaux du roi, de la reine, de Ferdinand et de son épouse, de la duchesse douairière, de la sœur du roi. Liénard y sculpte les grands bas-reliefs, notamment celui de l’Annonciation, dont un croquis existe dans le fonds des Arts décoratifs. Ces bas-reliefs, un peu secs, prennent place dans des niches carrées au décor gothique, au-dessus des tombeaux, où l’on retrouve la succession de trilobes, ornés de roses et de figures au centre de chacune des niches (agneau mystique, anges, colombe du Saint-Esprit, etc.).

Bas-relief représentant l'Annonciation, au-dessus du gisant de la duchesse douairière d'Orléans
Chapelle de la Vierge, bas-relief de l’Annonciation, dans une niche carrée, surplombant le gisant de la duchesse douairière d’Orléans. Photo S. Derrot
Voir le croquis conservé au musée des Arts décoratifs dans le fonds Liénard, CD 41429.

L’extérieur de la chapelle quant à lui est complètement transformé par ces travaux, pour lesquels la sculpture est terminée en 1845, comme à l’intérieur. L’atelier de Liénard réalise notamment la nouvelle porte en chêne, ornée des figures des douze apôtres disposées dans deux grandes lancettes gothiques, au-dessus de cartouches portant les armes de la ville de Dreux et celles de la maison d’Orléans8. La coupole primitive subsiste, mais le ressenti de ses proportions est considérablement modifié par l’ajout au couronnement d’une balustrade qui remplace le cône originel, par le serrurier Calla et l’atelier Liénard9. Aucun autre sculpteur-ornemaniste ne semble contribuer à ces travaux, ce qui, appuyé la grande continuité stylistique avec l’intérieur, permet d’attribuer raisonnablement à Liénard le reste du décor extérieur. Celui-ci montre un peu plus de simplicité que l’intérieur, mais les écoinçons et les motifs ornementaux sont bien dans la même lignée et le médaillon de l’Ecce Homo du portail d’entrée est frère du Christ bénissant de la voûte intérieure.

Porte en chêne, avec une lancette sur chaque vantail, chacune étant divisée en six niches avec une figure d'apôtre dans un décor gothique
Porte principale de la chapelle royale de Dreux, en chêne, sculptée des figures des apôtres et des armes de Dreux. Photo S. Derrot

Une méthode

Tout le décor de l’édifice est parsemé de petites figures se mêlant à des motifs plus abstraits ou plus végétaux, selon un esprit que nous retrouverons régulièrement dans les réalisations de Liénard. Certains de ces éléments sont repris du vocabulaire gothique ou Renaissance qu’il a pu étudier directement à Dreux, sur la façade du beffroi de la ville  et dans l’église Saint-Pierre, édifice inachevé mêlant style gothique flamboyant et Renaissance. Liénard a beaucoup étudié les décors de cette église, construite entre le XIIIe et le XVIe siècles, comme en témoignent plusieurs dessins. Il s’est probablement inspiré des monuments de la ville pour adopter un style drouais, puisque la forme de certaines frises de la chapelle — notamment celles qui longent la corniche du chœur — présente des ressemblances avec celles qui décorent l’église Saint-Pierre ; de même, une communauté d’inspiration se retrouve dans les figures des culots gothiques de cet édifice et ceux de la chapelle.

L’orgue de Cavaillé-Coll, facteur sur lequel nous reviendrons, est livré le 15 mai 1845. Les travaux se terminent par la mise en place des verrières réalisées par la Manufacture de Sèvres et dessinées entre autres par Ingres, Delacroix et Viollet-le-Duc. Louis-Philippe avait commandé en 1844 les gisants destinés aux tombeaux occupés. L’édifice a gagné en majesté10 et en espace, mais l’esprit du lieu est toujours celui de la piété et du souvenir familiaux  ̶  la cour ne semble ainsi pas se déplacer en masse à la chapelle pour les funérailles des deux enfants royaux.

Un tel embellissement d’un bâtiment royal apporte une ligne de prestige et d’importance au carnet du jeune atelier Liénard. Le sculpteur-ornemaniste a certainement été remarqué alors qu’il était encore bras droit de l’atelier de Jean-Baptiste Plantar, et il a probablement bénéficié de commandes privées en son nom propre, même si ces dernières laissent peu de traces. Le chantier de Dreux démontre assez bien ce que Liénard a pu apprendre de son premier maître dans le traitement des bâtiments historiques, où le respect et l’adaptation à l’existant sont primordiaux. Sa méthode créative, qui procède par inspiration du style des monuments du lieu, est la même qu’il a sans doute adoptée lorsqu’il mène les travaux de l’atelier Plantar à Amboise. Au vu des critiques qui ponctuent le parcours de Liénard, cette patte personnelle mais non indifférenciée entre ses réalisations est un aspect très apprécié de son travail et il n’est pas anodin que le décor de la chapelle royale lance sa carrière.

Bibliographie

De la chapelle Saint-Louis à la chapelle royale [exposition, 7 novembre 2013-7 mars 2014, Musée d’art et d’histoire de Dreux], catalogue en ligne.

Jean Lelièvre, La Chapelle royale, Dreux, Ingersheim, S.A.E.P., 1997, 32 p., ill. (Sudoc)

Eustache de Rotrou, Dreux, ses antiquités, chapelle Saint-Louis. Abrégé historique de cette ville et de son comté, par le président Eustache de Rotrou,… continué jusqu’à nos jours et augmenté d’une description de ses monuments, par l’abbé Vilbert, Dreux, Lacroix, 1879, 127 p. (Gallica)

  1. Ce sera officiel par l’ordonnance du 23 juin 1843. []
  2. Le comté de Dreux avait échu à la famille de Penthièvre en 1775 lorsque Louis XVI l’avait été cédé à son cousin, Louis-Jean-Marie de Bourbon. Le duc y avait fait transporter les restes de sa famille qui se trouvaient auparavant dans l’église de Rambouillet et, à sa mort en 1793, il avait lui aussi été inhumé dans le caveau familial construit dans la collégiale de Dreux. Mais la Révolution laisse le château de Dreux et sa collégiale en ruines. Les dépouilles avaient été versées dans une fosse commune, dont la duchesse rachète l’emplacement pour y placer la nouvelle chapelle. []
  3. E. de Rotrou, 1879, p. 95. []
  4. Plusieurs dessins du fonds Liénard conservé au musée des Arts décoratifs peuvent en effet être rapprochés de ce chantier, tout comme quelques gravures de Liénard publiées dans un volume posthume. []
  5. Arch. nat., 300 AP I 1563. []
  6. Ces médaillons représentent saint Louis (voir ill.), saint Arnoult, sainte Adélaïde et le Christ bénissant. []
  7. Plusieurs de ces reliefs sont l’objet d’études dans le fonds Liénard du MAD. []
  8. Cette attribution est confirmée par un mémoire de travaux (Arch. nat., 300 AP I 1563) et quelques dessins du fonds Liénard du musée des Arts décoratifs pourraient être liés à cette réalisation. []
  9. Mandat du 25 octobre 1845, Arch. nat., O4 2239B. []
  10. La flèche qui surmontait la chapelle de la Vierge, visible sur l’un des dessins du fonds Liénard, n’existe plus aujourd’hui : foudroyée en 1875, elle est tombée et n’a pas été reconstruite. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.